Un Changement D’Orchestre

Je les entends. Ces voix me susurrent à l’oreille toutes sortes de choses, me poussent à suivre leurs idées. Elles n’arrêtent pas de placoter de tout et de rien, de baragouiner des théories plus folles les unes que les autres, d’émettre des sons qui, à la longue, me rendent folle. Elles me soufflent leurs opinions sans me demander la mienne. Fidèles à leur jactance habituelle et ayant plus de bagou qu’une armée de pies, elles prennent plaisir à voir leurs idées bourgeonner jusqu’à occuper tout l’espace disponible dans ma pauvre tête. Ne voient-elles pas que j’essaie de garder un esprit sain? Mais elles sont si volubiles, et malgré mes efforts, leurs paroles semblent teinter chacune de mes décisions. Ces voix en symbiose forment une mélodie qui pourrait sembler harmonieuse, mais qui sonne si faux à mes oreilles. Cette musique semble exister
depuis la nuit des temps et, transmise par les griots, il semblait normal qu’elle envahisse aussi ma tête. Or, les pensées qui me viennent à l’esprit en l’entendant sont si différentes de ce que je suis en mon for intérieur que je ne peux me reconnaître en elles. J’essaie d’établir un dialogue avec ces voix, mais elles sont si têtues qu’elles ne me laissent aucune seconde de repos. Ohé! Puis-je mettre ces voix en sourdine? Est-ce trop demander que d’avoir un peu de silence? Un silence dans lequel je pourrais pondre mes propres théories, bâtir mes propres opinions et m’exprimer comme bon me semble. Un silence qui me permettrait de peaufiner mon identité. Un silence qui promouvrait la liberté individuelle et valoriserait la différence. Un silence qui permettrait à la jeunesse de vivre ses propres expériences et de créer une nouvelle mélodie truculente qui serait propre à sa réalité. Ne serait-il pas temps de mettre l’accent sur la création d’un nouvel orchestre?


Karo Dupuis
Contributor

Originally published in Bandersnatch Vol. 47 Issue 11 on March 28, 2018